proudly wasting time and money since 1993
SID LEE COLLECTIVE

Share an idea, sweet nothing or whip up a ransom to

whatsup@sidleecollective.com

For over 20 years, Sid Lee Collective has been a creative incubator that helps fund, produce and exhibit the passion projects of Sid Lee employees and their collaborators. No matter the day job, we believe that everyone benefits when we empower people to create what matters. 

 

Sid Lee Collective Blog is devoted to sharing our collaborations, creative projects, interesting profiles and invitations to exclusive events. Content and creative direction comes from the Sid Lee offices in Montreal, Toronto, Paris, LA and NYC.

 

If you have a collaboration in mind or a story that should be told, drop us a line.

Sid Lee Collective is also an active member of C2 Montréal, the largest innovation conference in the world.

Profiles
Raphaël Ouellet signe les portraits de Colosses
November 14, 2017
Share like ya just don’t care

Dans le livre Colosses, dernier projet Sid Lee Collective, neuf doormen de Montréal exposent le revers de la médaille d'un métier des plus ingrat. L’équipe derrière Colosses a eu le privilège de compter sur le talent du photographe Raphaël Ouellet pour révéler la personnalité de ces neuf portiers.

Entrevue avec celui qui a travaillé dans l’ombre pour mettre en lumière la face cachée d’un métier empreint de nuances.

Comment t'es-tu senti interpellé par le projet Colosses?

Quand la gang de Sid Lee Collective m’a approché, j’avais un peu de misère à y croire. C’était une opportunité qui me permettait la liberté créative de m’éclater en portrait  ce qui est rare  et de voir mon travail publié dans un livre. UN LIVRE! J’aime les livres. J’aime beaucoup les livres!

Quelle importance as-tu accordée à l’histoire de chacun des portiers pour réussir à révéler leur personnalité?

À la fois beaucoup et très peu. Je ne me suis pas basé exactement sur leurs histoires respectives, mais plutôt sur le sentiment qu’ils m’inspiraient. Si ce sont des gens doux, cocky, énervés, calmes, tout ça m’influence. La personne est-elle assise, debout? Est-ce qu’elle est en rouge ou en bleu? Est-elle petite dans le cadre ou prend-elle la majorité de l’espace? Ces subtilités m’aident à exprimer mon interprétation du protagoniste pour modeler la photo.

Comment t’y es-tu pris pour réaliser chacun des portraits et qu’as-tu voulu exprimer?

On savait d’emblée que le livre compterait plus d’une centaine de pages et qu’il y aurait plusieurs photos par portrait. C’était donc important de proposer une ambiance propre à chacun de nos Colosses. En pré-entrevue, on a vu assez rapidement qu’ils étaient très différents les uns des autres. Il fallait donc les distinguer visuellement. Par la suite, ça s’est fait un peu « sur le tas ». On assignait une couleur principale et secondaire à chaque portier. C’était très intuitif comme processus.

As-tu rencontré des difficultés?

Lors du shoot, la difficulté majeure était surtout de gérer le niveau d’énergie. Comme on avait beaucoup de photos à prendre par personne, il fallait rester curieux et motivés du début à la fin pour trouver la photo complexe, celle qui serait assez forte pour être un cover et assez subtile pour être intelligente et intéressante. Visuellement, le défi était aussi de créer une série de 30 à 40 images qui se tiennent sans devenir redondantes. C’était important pour moi que l’on sente qu’il s’agit d’une série et non de neuf petits shootings.

Quelle est ta photo préférée du lot et pourquoi?

(rires) LA question difficile! Il y en a plusieurs. Il y en a une en particulier où on voit Kris, de côté, l’air pensif. Il y a quelque chose dans cette photo qui m’interpelle vraiment beaucoup. Je la trouve sensible. Je trouve que Kris nous offre une espèce de force tranquille, et cette photo le représente vraiment bien. C’est simple, c’est pas flashy du tout et ça montre le côté vulnérable d’un gars qui en a vu d’autres.

Quelles sont tes sources d’inspiration?

C’est tellement varié! Ça passe du cinéma, de la peinture, de la couleur d’un mur à la musique. C’est vraiment hyper éclectique. Photographiquement parlant, je reste toujours inspiré par les grands comme Irving Penn, Chris Buck, Annie Leibovitz, mais aussi de plus en plus par des photographes plus proches de l’art contemporain comme Philip Lorca Dicorcia, Lise Sarfati et Eric Ogden.

Quels sont les projets récents dont tu es le plus fier?

Il y a mon dernier court-métrage de fiction qui s’appelle 12-24-1 pour 500 $ que j’affectionne particulièrement. Autrement, Colosses est clairement dans mon top cette année. C’est littéralement ce que j’aime faire dans la vie : rencontrer des gens qui ont des histoires intéressantes et les prendre en photo.

Avec plusieurs prix en photographie et en réalisation à son actif, Raphaël Ouellet possède une feuille de route impressionnante. L’an dernier seulement, il a été récompensé par le Grand Prix du concours Lux 2016 pour une photographie de Justin Trudeau devenue virale, il a été sélectionné par le Marché du film de Cannes pour son court-métrage Tout Simplement et il a vu plusieurs de ses photographies publiées dans des revues internationales telles que PDN, Communication Arts et American Photography.

Vous pouvez vous procurer le livre Colosses en prévente sur le web ou lors du lancement à la galerie Never Apart le jeudi 16 novembre à partir de 18 h.

Parmi les livres disponibles en prévente, cinq copies au hasard seront autographiées par Georges St-Pierre, nouveau champion poids moyens de l’UFC et ex-portier. Pour chaque livre vendu, un montant sera remis à sa fondation, qui a pour mission de mettre fin à l’intimidation chez les jeunes et à promouvoir l’activité physique en milieu scolaire.

Sign up for the Sid Lee Collective e-newsletter!

Expand your mind with creative projects, interesting profiles and invitations to exclusive events...